Adonaï-Nisi, L’Éternel ma bannière

Positionnement en apartheid :

Avant de débuter mon message. Je vais souligner que Dieu a institué les autorités, notamment l’autorité ecclésiastique dont je veux parler. Je n’ai pas été ordonné pasteur par l’église dont je fais partie, de l’Eglise Evangélique Libre. J’ai grandi dans cette église et mon père, Taï Wahéo, y a exercé sons ministère durant 40 ans de sa vie (1976-2016) et 50 ans de mariage. Je tiens d’abord à m’humilié devant nos responsables et dirigeants de l’EELNC. Lors du temps où l’Eglise a subi un chiisme interne d’une décennie (2006-2016). Je demandais à mon père, si je pouvais diffuser mes messages sur internet. Il acquiesçait que ce serait une bonne initiative pour exhorter les frères et sœurs en Christ, qu’il me donnait son consentement. Maintenant, depuis qu’il y ait eu réconciliation le 9 juillet 2016 dans l’EELNC, je suis conscient que je devrais être à présent soumis à l’autorité ecclésiastique institué par le Synode de cette même année. C’est pour cela, que je tenais d’abord à m’humilier devant cette autorité et devant Dieu qu’il l’ait institué. Et je suis pertinemment conscient de ne pas minimiser tous ses efforts, toutes ses luttes dont lesquels on a perdu certains de nos proches, certains qui ont été touchés par la maladie de part et d’autres. Ces efforts acharnés qui ont contribué à la réconciliation dans notre Eglise. Je tenais à me présenter comme un jeune « Josué », Moïse l’a appelé car Israël entrait en guerre. En ce temps de guerre sanitaire mondiale, l’EELNC y entre aussi dans la bataille, et avec humilité, si c’est un appel de notre Dieu, je me porte volontaire à m’y rendre sur le front de bataille à vos côtés « serviteurs de Dieu ». D’autres part, les messages  comme ils le sont adressées aux enfants de l’EELNC, y sont aussi accessibles au grand public, étant donné que je les partage en public sur internet. Ce qui veut dire que cela répond à une des missions de l’Eglise, le fait d’aller par tout le monde et d’en faire des disciples de Christ, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit et de leur enseigner tout ce que le Seigneur a prescrit à ces disciples (Mat.28.18-19).

Adonaï-Nisi, Eternel ma bannière

Exode 17. 8 à 16

Le président de la République Français a déclaré que nos sommes entrés en guerre sanitaire internationale (depuis janvier 2020). L’ennemi de notre monde étant le virus mortel, appelé le Covid-19, plus communément le corona-virus. Et dans ce mot on y trouve le mot couronne. C’est-à-dire qu’il est composé de plusieurs virus, et a pris sa naissance en décembre de l’année 2019, d’où le chiffre 19 (le mois où j’ai eu mes 40ans ;-)).  Ce qui veut dire guerre ce nous ne sommes plus en paix, cet ennemi a perturbé notre paix sur tous les plans : en force humaine, en force économique, en force sociale, en force spirituel….Et le principal objectif de cette guerre, que nous devons menez,  c’est la « victoire » imminente sur cet « ennemi » sanitaire.

Avant ce passage (début de ce chapitre, v.1 à 7), le peuple était en colère sur le point de tuer leur chef Moïse puisqu’il avait soif. Il cherche querelle à leur leader : «  Pourquoi nous as-tu fait monter hors d’Égypte, pour me faire mourir de soif avec mes enfants et mes troupeaux ? »(v.3). Le patriarche se tournait vers Dieu : «  Que ferai-je à ce peuple ? Encore un peu,  et ils me lapideront (v.5) ». Moïse sous la recommandation de l’Eternel, finit par frapper avec son bâton le rocher de Horeb et de de l’eau fut jailli. Et tout le peuple a pu se désaltérer.  Ils baptisèrent ce lieu Massa et Meriba, voulant dire Epreuve et Querelle. Parce que les israélites l’avaient pris à partie et parce qu’ils avaient voulu forcer la main à l’Eternel en disant : « L’Eternel est-il OUI ou NON au milieu de nous ? (v.7).

Jusqu’ici, à ces différentes étapes de l’exode, où l’Eternel a mené son peuple par l’intermédiaire de Moïse : la sortie d’Egypte, le don de la manne, le rocher De Horeb, la bataille contre Amaleck (Texte d’aujourd’hui)…

Mais quel a été but précis justement de Dieu pour son peuple élu, Israël ? Dans ce même livre au ch.6, en voici la raison :  Dieu parlait à Moïse : « Je suis l’Éternel.3Je suis apparu à Abraham, à Isaac et à Jacob, comme le Dieu tout puissant ; mais je n’ai pas été connu d’eux sous mon nom, l’Éternel.4J’ai aussi établi mon alliance avec eux, pour leur donner le pays de Canaan, le pays de leurs pèlerinages, dans lequel ils ont séjourné. »

Voici le but de Dieu pour son peuple, leur donner le pays de Canaan.

Passage de la Bible :

Dans notre texte, deux peuples s’affrontent. Les Amalécites viennent attaquer Israël. Moïse va demander à Josué de se rendre au front et de choisir des guerriers. Lui, il va se tenir au sommet de la colline avec le bâton de Dieu à la main. Il sera en compagnie d’Aaron et Hour.  Au début du combat, le prophète se tenait debout le bâton levé au ciel. L’armée d’Israël prenait le dessus, et quand le leader s’affaiblissait, Israël subissait. Aaron et Hour ont fini par le mettre à l’aise sur une pierre, et tenir ses bras levés au ciel. Et le peuple de Dieu a fini par remporter la victoire.

14 L’Éternel dit à Moïse : Écris cela dans le livre, pour que le souvenir s’en conserve, et déclare à Josué que j’effacerai la mémoire d’Amalek de dessous les cieux.

15Moïse bâtit un autel, et lui donna pour nom : l’Éternel ma bannière.

16Il dit : Parce que la main a été levée sur le trône de l’Éternel, il y aura guerre de l’Éternel contre Amalek, de génération en génération.

Pour notre situation actuelle :

A travers ce passage, je voudrais vous inviter avec moi à se focaliser sur la bannière de l’Eternel. Cette bannière est représentée par le bâton de Dieu.  Le bâton qui symbolise la puissance de Yahvé (Ex.4.4.). C’est avec ce bâton que le prophète a fait des exploits pour sortir le peuple des griffes du pharaon, le serpent de qui avale les serpents des devins égyptiens, le plus connu celui du passage de la Mer Rouge. Et aussi, le fameux serpent d’airain, que ceux qui voudront être guéris regarde à lui.

                Dans la version du Semeur et Darby, en hébreux, L’Eteternel ma bannière est traduit par Adonaï-Nisi et/ou Jéhova-Nisi.  

La bannière du peuple d’Israël durant l’exode est l’Eternel Dieu. Les grands conquérants qu’a connus l’histoire de l’humanité, tels qu’Alexandre Le Grand, Genjis Kahn, Napoléon…ont toujours eu à brandir leur bannière dans leur bataille. Maintenant, chaque pays a leur drapeau, chaque grand Club de Sport, leur logo…C’est aussi qui représente leur marque, leur identité, leur assurance, leur fierté, une certaine suprématie. Après, il y a eu des bannières sombres, comme la croix gammée du Nazisme, qui a fait tant d’horreur dans l’histoire de l’humanité, et bien d’autres bannières…

L’ennemi a pris du terrain dans nos contrées, sœurs et frères en Christ. Depuis, bien avant le confinement, il a posé sa bannière. Tous les lieux susceptibles de réunir du public sont fermés à l’exception des hôpitaux, y compris nos lieux de cultes. Est-ce pour autant que nous allons baisser les bras et s’avouer vaincus ? D’ailleurs, cela a engendrés même des ennuis au sein même de nos foyers, dans nos lieux de travail. En Chine, des couples se sont séparés, des familles ont du mal pour faire suivre le programme scolaire à leurs enfants, des sites pornographiques qui montent en flèche durant ce confinement. Et nous chrétiens nous sommes aussi emportés dans cette tourmente. Hier soir à la radio, des pirates et hackers sur le net en profite pour piller digitalement. En fait, que tu sois confiné ou déconfiné tu es attaqué de tout bord. Les déconfinés qui ne cessent de demander aux gens de rester chez pour cesser cette pandémie, mais énormément de personnes qui n’entre pas dans le règlement. Après, je pense que ceux qui devront sortir pour faire leur devoir, dans les métiers du corps médical, de l’humanitaire, du commerce, de l’hygiène…sont les premiers dans la zone la plus à risque d’être contaminés. Et je voudrais sincèrement les encourager, les féliciter, une pensée à une de mes infirmière à domicile qui n’arrête pas de se déplacer avec son masque, et qui sûrement à l’heure qu’il est se demande si elle ne serait pas la prochaine. Et bien sûr, m’adresser une prière à nos frères en Christ qui sont dans ces corps de métier, et qui chaque jour risquent leur santé pour qu’on puisse être bien dans nos maisons.

                Dans ce temps de crise qu’étendons-nous dans notre cœur comme bannière, est-ce bien celle de Jésus-Christ ? Cette bannière, qui, a plus de 2000 ans s’est dressée à Golgotha. Cette bannière qui dû verser de son sang pour le péché de l’humanité. Et c’est cette bannière que si nous l’avons acceptée dans nos vies qui nous procura un parfaite paix. Jésus-Christ qui disait à ces disciples, n’ayez crainte de ce monde (du Prince de ce monde) car je l’ai vaincu. La paix que ce monde donne n’a rien de comparable à la paix que Jésus nous laisse, la vraie paix. Jésus leur disait aussi : « Que votre cœur ne se trouble point, croyez en Dieu et croyez en moi.

                Que chacun puisse jouer son rôle, ceux qui y sont confinés qu’ils puissent se tenir à la brèche et lever leurs mains, la bannière de Christ sur le trône de l’Eternel Pour que tous nos frère qui sont avec « Josué », et sont aussi des « Josué » de notre temps moderne (En Hébreux, qui veut dire : Eternel est délivrance ou Eternel sauve). Aux confinés si baisser les bras, les déconfinés vont faiblir, alors soutenons nous, tous les chrétiens du pays, du monde entier pour garder la bannière de Christ étendue, et c’est comme ça que nous remporteront la victoire.

          Restons à la maison, suivons les directives de nos autorités, puisque Dieu les a instituées. Continuons d’appliquer les mesures d’hygiène, distances barrière, se laver les mains…Il nous est aussi recommandé d’être en forme, faire de l’exercice physique journalier (20 à 30 min par jour), de temps en temps appeler ou discuter avec nos proches demander de leur nouvelles. Avec internet, partager du contenu d’encouragement. Comme par exemple avec ma femme, nous chantons à la guitare, et comme je fais là un message d’encouragement pour exhorter ses proches, ses frères en Christ. En tout cas, prier chaque jour et demander à Dieu puisqu’il nous assiste de son Esprit Saint bien le vivre ce confinement, que ce confinement nous puissions le rentabiliser, et aller dans le sens d’obtenir la victoire sur cet Ennemi, le virus.

Pour finir, il est plus à craindre à perdre son âme que son corps. Personnellement, si je venais à être touché, l’Ennemi a peut-être touché mon corps mais par mon pas mon âme, car Dieu m’a racheté par sa bannière à Golgotha. Que nous puissions bien le dire face à notre Ennemi de notre âme, Eternel ma bannière, Adonaï-Nisi et Jésus-Christ ma bannière.

Bon dimanche à tous.

Nicodemus

undefinedundefined

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s