La Recette salutaire (Partie 2)

Pendant ce temps, les disciples à leur connexion, ont vu sur le tchat  et sont étonnés que Jésus était en discussion avec une femme (indiqué par le Pseudo). Toutefois, personne ne demande : que demandes-tu ? De quoi parle-t-il avec elle ?

L’un d’eux lui écrit :

PiRCfas12 : maitr Jyz, on Na fini par trouV la meyer D R7 pr ton repa ce midi. C sûr ke ça va te plèR.

JesuSours2vie : Ce midi Joré à manG avec 1 repa fé d’1 re7 ke  vs ne konéC pa !

Les disciples s’écrivaient entre eux, sans mette Jésus en copie :

Jean316 :  😮 kelK1 l’oré t-il doné 1 re7, meyer ke cel kon a trouV ?

Mat28Sky : Peu-Tetr 7 fam ?…

Jésus a lu dans leur pensée :

JesuSours2vie : ma « Re7 » é 2 fer la volonT de cel8 ki ma envoyé. E d’akomplir son N-oeuvr.

Contexte :

 En y restant encore sur cette histoire, on va dire remixée 😉 . Vous aurez le temps par la suite d’y méditer, remédier sur ce passage (« Marie gardait toutes ces choses et les repassait dans son cœur » Lc. 2.19). A ce moment-là Jésus a une communauté d’internautes grandissante, multiplication de followers et surtout par le travail acharné de ses disciples. Par contre, eux les pharisiens le jalousaient. De nos jours, on peut le voir, une religion qui fait concurrence sur le réseau à une autre, même au sein de notre communauté des évangéliques, qui a lu plus grand nombre de followers, c’est nous les meilleurs. Que ce soit des églises ou des sites internet évangéliques. Que Dieu nous garde de l’orgueil spirituel qu’avaient les pharisiens.

Et, pendant ce confinement, les personnages ont un peu du mal à vivre dans la routine de leur plats quotidien, ils souhaitent innover. Ils décident de surfer sur la toile pour trouver une recette sortant de l’ordinaire, qu’il leur fera bien plaisir ce midi. Et bien sûr, les disciples qui cherchent à tout prix faire plaisir à leur maître, peut-être pour pouvoir se vanter qui est celui qui a trouvé la meilleure des recettes auprès de leur maître. Matthieu: 18.1 En ce moment, les disciples s’approchèrent de Jésus, et dirent : Qui donc est le plus grand dans le royaume des cieux ?

« Il fallait » de Dieu :

Je m’arrête sur le sujet-verbe il fallait. Jésus aurait pu très bien se rendre directement sur le site du plus grand-chef de la gastronomie juive. Mais, il fallait qu’il s’arrête (attendre) la femme samaritaine sur le site de sa communauté.

Je revenais de mon opération de l’oreille, un ou deux jours après (à 2 jours de notre confinement, le 20 mars), ma femme et moi avons loué Dieu, à la guitare et partagé sur le réseau. Il fallait qu’on le fasse et sans doute poussés par l’Esprit-Saint. Je ne voyais pas ma grande sœur Moria sur la toile. Me demandant où elle était passée. Une semaine qui a suivi, elle nous remercié parce que nos chants l’ont aidé à la guérison, elle en a fait partie des cas positifs français touchés par le Covid-19. Alléluia, elle n’en fait plus partie Dieu l’a guéri par le sang précieux de Son Fils. Amen !

Des fois, il y a des situations dans nos vies, où l’on veut résister, mais Dieu nous convaincra toujours de faire ce qu’il demande, il fallait que je te demande cela et c’est pour ton bien et tu comprendras plus tard par la suite. Ah oui,  Nous savons, du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein. Romains: 8.28

Description de Fatima :

Fatima, se rend sur le site où tout le monde dort encore. Elle ne veut pas rencontrer quelqu’un qui va lui faire la morale sur sa vie privée. Les juifs comme les Samaritains pouvaient selon la loi de Moïse se mariaient 2 fois, et trois c’est limite toléré. Et elle en est avec son 6ème homme après être mariée 5 fois. On peut comprendre pourquoi elle surfe à cette heure-là.

Son échange tchat avec Jésus :

Jésus l’attendait, c’est elle qui veut rencontrer. Au début de leur échange, elle lui dit qu’elle n’a pas le droit de lui parler. Ce qui montre que Jésus, nous fait comprendre que le salut vient des Juifs mais il est pour tout le monde. Là, les barrières interéthniques, culturelles, religieuses, géographiques, sociales… ne comptent pas pour Jésus, son Salut est pour tous. Il ne réserve pas exclusivement sa recette salutaire qu’aux juifs.

Et Jésus lui écrit que si elle va connaitre le don de Dieu (cette recette salutaire) et Celui qui t’écrit. Elle lui aurait demandé et en fera un repas où on le trouve nul par ailleurs.

Elle lui répond mais, les meilleurs des recettes c’est dans ce site-là tu n’as les moyens d’y rentrer. Ce qui montre que la religion s’est elle-même fait un système d’accès à Dieu. Alors que le voile s’est déchiré à Golgotha, tous ceux qui ont cru au sacrifice de Jésus-Christ peuvent avoir directement accès à Dieu par leur prière. Jésus ne cherche pas à établir une « religion » mais une véritable « relation ».

Jésus va insister : Quiconque viendra chercher des recettes soit disant miracles sur ce site ne seront jamais satisfaits, et auront toujours faim. Mais avec cette recette que je donnerai tu n’auras même plus faim. Et une fois que tu l’aurais fait ce repas il deviendra une source de mets succulents jusque dans la vie éternelle.

La femme peut-être en souriant, j’ai peut-être à faire avec un « illuminé », lui demande alors de lui donner comme ça elle n’a plus à se lever à des heures pas possibles. Jésus va la mettre un peu dans l’embarras parce qu’apparemment elle n’a pas vraiment saisi. Il lui demande d’aller chercher son mari. Et elle tombe des nus, et fini par lui dire qu’elle n’est pas mariée. Et Jésus déballe toute sa vie. Tout d’un coup elle est scotché sur son smartphone, « mais tu es prophète !? ».

Pour elle, il est prophète pour les juifs. Elle dit que les Juifs adorent Dieu à Jérusalem et eux au mont Garizim.  C’est alors que Jésus lui dit de le croire que les vrais adorateurs ne se réuniront ni à Garizim ni à Jérusalem. Les Samaritains adorent ce qu’ils ne connaissent pas, alors que les juifs adorent ce qu’ils connaissent, parce que le salut vient des Juifs. Les Samaritains n’avaient que les 5 premiers livres de la Bible, et le temple que Salomon a fait construire pour Dieu, ils ne le reconnaissent pas. Jésus vient de la lignée de David.

Jésus enfonce le clou, mais l’heure sera venue et elle y déjà que les vrais adorateurs adoreront le Père en Esprit et en vérité.  Ce sont ces adorateurs que le Père demande. Le Père est Esprit, et il faut que ceux qui l’adorent, l’adorent en Esprit et en vérité.

Dans tous les lieux de cultes, on dit que c’est nous que Dieu est plus présent et pas chez les autres. Et maintenant en plein confinement, ne pouvons-nous pas adresser un culte à Dieu. Il est dit  dans 1 Corinthiens: 6.19 : Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes ?

Elle lui dit finalement que le Messie qu’ils attendent viendra bien et leur fera montrer beaucoup de chose.

Jésus lui répond : Je le suis. YHWH, le trétagramme, c’est le nom Yahwé, il est le même hier aujourd’hui et éternellement. Il est l’afa et l’omega.

L’action de la femme à la différence de l’action des apôtres :

Cette femme dès qu’elle a su que Jésus est le messie, ses yeux se sont ouverts et s’est empressée à annoncer à ses proches le Royaume de Dieu. Elle n’a pas attendu 4 mois pour le jour de la moisson. Jésus dit, à partir du  v.35 : « Eh bien, moi je vous dis, Ouvrez vos yeux et regardez les champs ; déjà les épis sont blonds, prêts à être moissonnés.36 Celui qui les fauche reçoit maintenant son salaire et récolte une moisson pour la vie éternelle, si bien que semeur et moissonneur partagent la même joie. » . En plus ce qu’il récolte n’ont pas à travailler dur, puisque Dieu a fait croître, il ne restait plus qu’à y moissonner ce quoi nous n’avons pas travaillé. Comme il écrit l’apôtre Paul : «  J’ai planté, Apollos a arrosé, mais Dieu a fait croître,… » dans 1 Corinthiens: 3.6.

Les disciples recherchait de la nourriture pour ce nourrit le corps, n’étant que préoccupé que par cette peine de mourir de faim. Mais Jésus veut leur faire comprendre que cette femme samaritaine a saisi ce à quoi consiste le Royaume de Dieu, de leur offrir dans son entourage cette « recette » que Jésus donne afin de ne plus jamais avoir faim, et de devenir une source d’eau vive qui jaillit jusque dans la vie éternelle.

A nous qui passons dans cette crise et dans le confinement. La moisson est grande et peu d’ouvriers. Le Seigneur nous recommande d’aller récolter, même dans les lieux où nous n’avons pas semé. A travers les réseaux sociaux, à travers tous les moyens de communication que nous possédons aujourd’hui, c’est le moment de récolter, de recevoir son salaire et récolte une moisson pour la vie éternelle.

Merci encore de m’avoir lu, et que le Seigneur puisse encore vous bénir.

Nicodemus.                     

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s