La véritable chasse

Mon message de ce matin porte sur le passage des disciples sur le chemin d’Emmaüs. Cette histoire se passe le jour même où Jésus est ressuscité. Pour nous chrétien, le jour d’un dimanche.

Cela doit probablement se passait en fin d’après-midi. Au verset 16, leurs yeux étaient empêchés de le reconnaitre (voulu par Dieu, réf. chemin Damas). La nuit va être aussi sur le point de tomber, au v.29 : « …le jour baisse et le soir approche ». Ils sont à une douzaine de Km de Jérusalem, se rendent dans un village appelé Emmaüs (à 2 heures de marche).

Ce contexte où l’on voit que 2 personnes qui marchent. J’ai comme l’impression que cela est similaire à le nôtre d’aujourd’hui,  de crise sanitaire. Jésus qui dans son vivant rassemblait des foules, il y a eu du chahut. Et cependant,  la Judée vient de vivre un sanglant évènement, on vient de mettre à mort, celui qui qui rassemblait des foules, faisait des miracles, qui chassait les démons, qui guérissait les malades… Les disciples sont en confinement dans leur maison, sûrement la peur d’être aussi arrêté et condamnés. Les chefs religieux et leur partisans, compte à eux satisfaits d’avoir fini par une bonne note leur fête de Pâque, venant de se débarrasser d’un homme se prétendant être le messie, qui avait nui à l’ordre public et  à leur « religion ».

Dans notre passage, les 2 disciples, qui ne comptaient pas parmi les 12 apôtres, sont en marche, dans une action (mobilité) (vs assis). Et même leur bouche est en action, dans la version du Semeur, ils échangent leur propos et leurs réflexions sur ces derniers évènements qui viennent de se produire. Jésus, je le nommerai l’Accompagnateur, sans qu’on le reconnaisse, s’approche d’eux et les accompagne (tous les 3 en action de marche). Il leur demande de quel sujet débattent-ils ? Ils sont étonnés, en fait cela « fait la une des journaux ».  Ils lui disent, tu séjournes tout seul à Jérusalem ou quoi ? Personne ne t’a mis au courant sur ce qui s’est passé ? Ils sont tristes quand ils se mettent à lui répondre : « Ce qui est arrivé à propos de Jésus de Nazareth, ce prophète qui agissait et parlait avec puissance devant DIEU et le peuple, les chefs des prêtres et les dirigeants l’ont livré aux Romains pour le condamner à mort et le crucifier sur la croix. Pourtant, nous avons tant espéré que ce soit lui qui délivre Israël (de ces colonisateurs). Mais, aujourd’hui cela fait le 3ème jour que TOUS ces évènements ce sont produits ». Ces 2 disciples viennent d’y mettre le doigt sur le pourquoi de leur tristesse.  N’auraient-ils pas basculé dans la même pensée des chefs religieux de l’époque ? Que le Messie ne serait jamais né dans une modeste étable d’une telle bourgade comme Bethleem. Qu’il ne serait jamais assis sur un ânon, il serait sur un grand cheval blanc. Normalement, il serait beaucoup plus bâti que celui qu’on vient de condamner. N’avaient-ils pas tout laissé pour suivre ce soit disant messie (laissé leur travail, leur famille et tout misé sur Lui) ? Ne serait-ce pas de cela qu’ils en discutaient en chemin, et jusqu’à finir par en douter du véritable Messie qu’ils ont vu et envoyé par Dieu ? Après tout, ne vaudrait-il pas mieux que chacun rentre chez soi, c’est fini de rester entre disciples puisqu’il n’y a plus de leader ? Un château de carte qui s’est effondré.

Ils ajoutent que les femmes de leur groupe se sont rendues tôt ce matin, elles ont découvert la pierre qui refermait le tombeau a été déplacé loin de l’entrée. Elles étaient entrées et n’ont pas retrouvé le corps de Christ, un ange leur apparut leur disant : « Pourquoi recherchez-vous parmi les morts celui qui est VIVANT » (v.5)., Jésus est vivant. Elles vont rapporter aux disciples, par la suite, quelques-uns d’entre eux (dont Pierre, au v. 12) pour s’en assurer se rendent aussi et y trouvent la tombe comme les femmes l’avaient décrite, et n’ont pas vu Jésus (ont voulu sûrement rencontrer l’ange pour qu’il leur donne des renseignements complémentaires).

Et là réponse stupéfaite de l’Accompagnateur : « gens sans intelligence !», c’est le « homme peu de foi », « gens de peu de foi ». Dans la version Parole de Vie : «  vous ne comprenez rien, votre cœur met beaucoup de temps à croire ce que les prophètes ont annoncé ».

Il ajoute en employant une question interpelante,  surtout pour qu’il abandonne leur pensée douteuse de départ, et qui les a attristés,  au sujet du messie : « Ne fallait-il pas que le messie souffre toutes ces choses qui se sont produites avant d’entrer dans sa gloire ? ». Et toutes ces choses, c’est que le Christ a subi atrocement, que les chefs des prêtres et les dirigeants l’avaient livré à la mort et  le clouer sur une croix (la Passion), en reprenant le v.20. L’ange disait aussi le matin aux femmes au v.7 : « Il faut que le Fils de l’homme soit livré entre les mains des pécheurs, qu’il soit crucifié et qu’il ressuscite le troisième jour.’ »

Sur cela, l’accompagnateur va tout reprendre à zéro avec eux, en les emmenant dans les Ecritures et leur expliquant ce qui est dit de ce messie à travers les livres de Moïse et les livres des prophètes. On peut percevoir, le Maître lui-même qui joue le rôle d’un apôtre, qui fait comprendre à ces 2 personnes le message-cœur de l’Evangile. Si Jésus est la Pierre angulaire de son Eglise, ce passage l’explique bien. Cela fait aussi un lien avec l’apôtre Etienne quand il va rencontrer l’énuque éthiopien, qui va lui parler de Jésus dans la Saintes Ecritures, et qu’il finira, au premier point d’eau sur leur route, par baptiser ce païen (Ac.8.26-40). « Comment invoqueront-ils Celui qu’ils n’ont pas cru ? Et comment croiront-ils en celui dont ils n’ont pas entendu parler ? Et comment entendront-ils parler, s’il y a personne qui prêche ? » Ro.10.14.

 A la nuit tombée, ces disciples d’Emmaüs invitent Jésus à rester et passer à  table avec eux, et au partage du pain, « alors leurs yeux s’ouvrirent et ils Le reconnurent… » (v.31).

Ne sommes-nous pas, des gens sans intelligence ? Des hommes peu de foi ? Qui ont les yeux fermés ? S’apitoyant sur notre sort, notamment en cette période de crise (en parlant d’abord pour moi). Il m’arrive de dire à  ma femme, qu’il m’arrive « d’attraper le cafard », des pics de tristesse me viennent subitement. Je me rappelais mon enfance quand je passais des journées entières à pleurer sur ce lit à Waawilou chez ma grand-mère, n’attendant que le retour de mon père en fin de journée. De me dire aussi, me voici comme si me retrouvant en maison de retraite anticipé, comme un petit vieux à rester confiné.  Et je suis un animateur, j’ai besoin de bouger, j’avais monté des projets, en ayant passé 4 ans dans un magasin, j’avais tout fait pour y sortir et me voilà encore enfermé ! C’est ainsi  que j’exprime ma tristesse. A la bonne année on parlait d’une année 20 sur 20, pas jamais on aurait pensé une année 20 + 20 = 40, se retrouver en quarantaine. Enormément de monde, le commun des mortels, n’y avait jamais prévu cette crise dans leur agenda, on se retrouve au pied du mur. Pour certains, et comment j’aurai de l’argent en cette fin du mois ? Et s’il venait à en maquer de la farine ? Et s’il venait à manquer du gaz ? Et s’il venait à en manquer…Un chef d’entreprise demandait à ses employés s’ils pouvaient, pour une période temporaire, travailler bénévolement pour tenir la boîte en attendant de l’aide des institutions, il me disait qu’il avait tout prévu cette année, mais n’a pas vu venir le Covid-19. Dans une maison d’un quartier de Nouméa, un homme a été arrêté en fort état d’ivresse après avoir agressé violement sa femme dans leur appartement. Cet homme-là avait-il prévu de mettre un frein sur sa consommation abusive d’alcool avant ou au début de ce confinement ?…Et j’en passe de tout genre de faits divers, qu’on peut y trouver à flots dans les médias, les réseaux sociaux…etc. Après sans négliger, bien sûr, que des gens ont pu retirer leur épingle du jeu aussi de cette crise.

Nous sommes en chemin d’Emmaüs, nous sommes tristes, on retrousse chemin, on décide de jeter l’éponge, de toute façon c’est fini, on a plus d’espoir. Mais Jésus-Christ lui qui lit l’état de notre cœur, veut se joindre à notre « marche », même si nous avons fait direction opposée. Il s’intéresse à chacun de nous, de quoi est troublé notre cœur ? A nous de lui ouvrir notre cœur, « si aujourd’hui vous entendez sa voix, n’endurcissez pas votre cœur »(He.4.7b), « que votre cœur ne se trouble pas et ne s’alarme pas » (Jn.14.27b). Et de lui parler, depuis que je travaille pour la ville de capitale, jamais j’ai pu avoir un seul RDV avec Mme le Maire, son agenda n’aura même pas de place pour moi. Alors qu’avec le Seigneur tu n’as que prier, lui parler ouvertement, comme si tu parlais à un proche, à un ami…que si ton cœur aussi est bien disposé.

Voilà ce qui est formidable avec le Seigneur parce qu’avec tous les évènements tristes qui se sont accumulés dans ta vie, Jésus-Christ ira jusqu’à mettre le doigt sur la source de notre tristesse. J’écoutais un message d’un pasteur l’autre jour, c’est qu’une transformation sur le plan spirituel d’une personne se fait toujours par une rencontre, entre Dieu et cette personne elle-même. S’il n’y a pas cette rencontre, la personne est isolée, sans repère dans sa vie, ne sait où s’accrocher ou bien avoir trouvé le bonheur dans une autre alternative que Dieu (spiritualisme, Yoga, coaching, religion, sport, hobnies, sa famille, sa passion…).

Jésus-Christ quand même, nous bouscule et nous dit : « Oh hommes peu de foi,  votre cœur met beaucoup de temps à croire la Bible ». Vous avez sûrement une Bible chez vous, peut-être avec de la poussière, maintenant la Bible est facilement déchargeable sur smartphone…Ne serait-ce de se dire que je consacre un petit temps de ma journée à la lecture. Je me pointe première du doigt, Jean-David, tu as passé 4 ans en Institut Biblique et tu te mets dans cette attitude de tristesse ! Jésus-Christ n’est-il pas celui qui te donne la paix ?

Jésus va dire qu’il est parlé de son sujet dans la Bible, celui que vous cherchez pour étancher votre tristesse, c’est moi. Je me disais hier soir avant de me coucher, en fait c’est à ce 3ème jour de la résurrection, qu’il eut une « chasse à l’œuf », les femmes arrivent au tombeau ne trouve pas Jésus,  les disciples qui repassent au tombeau, non plus ! Et nos deux disciples-là eux ce sont qui ont peut-être abandonné la partie, ils rentrent chez eux.

Conclusion :

Pour en conclure, j’aimerai m’adresser à l’Eglise, à mon église locale. Peut-être nous nous disons, cette crise nous a coupé l’herbe sous nos pieds, on ne peut plus se rassembler, faire des répétitions de louange, servir à  l’EDD, à la Jeunesse ou bien pour nos pères spirituels qu’ils ne peuvent plus donner un message…On arrive à ce stade de ces disciples d’Emmaüs, on laisse tomber chacun rentre chez soi, de toute façon Jésus a disparu. Non, qu’importe de la situation où tu te trouves, Jésus veut se joindre à toi dans ta marche et de demande de reprendre la bonne direction, Lui qui est le Chemin. Il suffit d’ouvrir ses yeux tu as tout à portée de mains de continuer de délivrer ce beau message de l’Evangile. Demandons à Dieu de la Sagesse : Jacques: 1.5 Si quelqu’un d’entre vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu, qui donne à tous simplement et sans reproche, et elle lui sera donnée ». Et Dieu réunira tous éléments nécessaire, et toute la créativité pour que son message soit toujours proclamé, quel que soit les circonstances du moment.

Jésus nous parle ce matin, d’avoir comme cette attitude de ses enfants-là qui sont tout excités de faire partie de cette chasse à l’œuf. Nous devons avoir cet esprit de « chasseurs », aller trouver Christ. Quel que soit la situation du moment qu’on se trouve et surement gagné par le peur, le doute et la tristesse. Il est dit par le prophète Jérémie (29.13) : « vous me chercherez, vous me trouverez, et si vous me cherchez de tout votre cœur ». Il est dit encore dans Sa Parole : « Matthieu: 7.7 Demandez, et l’on vous donnera ; cherchezet vous trouverez ; frappez, et l’on vous ouvrira.

Et de tout votre cœur, tel est le message de Pâque, de croire en la mort et la résurrection de notre SEIGNEUR Jésus-Christ. Et de l’avoir trouvé et l’accepté comme unique Sauveur et Seigneur dans son cœur, et il n’y a que cette voie qu’on va le trouver. C’est alors qu’on pourrait aussi ressentir comme ces disciple d’Emmaüs : « Notre cœur ne brûlait-il pas en nous lorsqu’il nous parlait en chemin et nous expliquait les Ecritures ? Je vous souhaite bon dimanche de Pâque et bonne chasse. Dieu vous bénisse.

Nicodemus.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s