5 clés pour être dans la paix de Dieu

J’aimerai introduire mon message par cette histoire.

L’histoire du professeur et du bocal

Drôle de titre, n’est-ce pas ?

L’histoire qui suit ne se veut pas moralisatrice mais inspirante. Qu’elle soit vraie ou non importe peu. La leçon qu’elle apporte, en revanche, est à garder en mémoire.

La voici:

Tout commence dans une salle de classe. Un professeur de philosophie se tient devant ses élèves, avec quelques accessoires posés sur son bureau devant lui.

Le cours commence et les élèves s’installent, prêts à écouter leur prof. Sans un mot, celui-ci ramasse un très grand récipient vide de dessous le bureau et commence à le remplir avec des balles de golf. Une fois le bocal rempli de balles, il demande aux étudiants si le pot est plein.

Unanimement, les étudiants conviennent qu’il l’est. Le professeur se saisit alors d’une boîte de petits cailloux et les verse dans le bocal. Il secoue légèrement le pot pour laisser les cailloux rouler vers les zones libres entre les balles de golf.

Il repose ensuite sa question: « est-ce que ce pot est plein ? »

Une fois encore, les étudiants répondent en chœur que le récipient est rempli.

Avec un léger sourire sur le visage, le professeur ramasse une boîte contenant du sable et commence à le verser dans le pot. Bien entendu, le sable remplit tout l’espace entre les balles de golf et les cailloux.

Une nouvelle fois la même question, qui obtient la même réponse: pour les étudiants, on ne peut plus rien verser dans ce pot.

Le professeur, cette fois-ci franchement amusé, attrape deux canettes de bière sous la table et verse tout leur contenu dans le pot. La bière comble alors immédiatement tout l’espace vide entre le sable. Réalisant qu’ils se sont encore fait avoir, les étudiants ne peuvent s’empêcher de rire de bon cœur.

« Maintenant », dit le professeur une fois le calme revenu, « je veux que vous imaginiez que ce pot représente votre vie.

Les balles de golf représentent les choses importantes: votre famille, vos enfants, votre santé, vos amis, vos passions favorites – les choses qui combleraient toujours votre vie même si tout le reste était perdu.

Les cailloux représentent les autres choses qui comptent comme votre travail, votre maison, votre voiture

Le sable, c’est tout le reste – les petites choses. Si vous mettez le sable dans le pot en premier », poursuit-il, « il n’y a plus de place pour les cailloux ou les balles de golf. Il en va de même pour la vie. Si vous passez tout votre temps et dépensez votre énergie sur les petites choses, vous n’aurez jamais de place pour les choses qui sont importantes pour vous.

Faites particulièrement attention aux choses qui sont essentielles à votre bonheur. Jouez avec vos enfants. Prenez le temps de veiller à votre santé. Emmenez votre partenaire dîner quelque part. Il y aura toujours du temps pour nettoyer la maison ou changer la poubelle. Prenez soin des balles de golf en premier, ce sont les choses qui comptent vraiment. Définissez vos priorités. Le reste n’est que du sable ».

Un bref silence suit cette leçon de sagesse, puis un étudiant lève la main et demande ce que la bière représente. Le professeur sourit: « je suis content que vous posiez la question. Elle est simplement là pour vous montrer que, peu importe à quel point votre vie puisse paraître remplie, il y a toujours de la place pour boire une ou deux bières avec vos amis » !

Quand on y pense, on passe beaucoup de temps à se plaindre ou se faire du souci concernant les « petites choses » qui constituent notre quotidien. L’histoire de ce professeur et de son bocal nous rappelle qu’il est bon de savoir prendre du recul et de relativiser.

Gardons à l’esprit ce qui est vraiment important de ce qui est secondaire à l’échelle de notre vie. Réfléchissons à toutes ces choses qu’on perd de vue à force de les retarder. Et commençons à vivre pour le meilleur !

Et vous, quelles sont vos balles de golf ? Et pensez-vous y accorder suffisamment d’importance ?

Avec un léger sourire sur le visage, le professeur ramasse une boîte contenant du sable et commence à le verser dans le pot. Bien entendu, le sable remplit tout l’espace entre les balles de golf et les cailloux.

Une nouvelle fois la même question, qui obtient la même réponse: pour les étudiants, on ne peut plus rien verser dans ce pot.

Le professeur, cette fois-ci franchement amusé, attrape deux canettes de bière sous la table et verse tout leur contenu dans le pot. La bière comble alors immédiatement tout l’espace vide entre le sable. Réalisant qu’ils se sont encore fait avoir, les étudiants ne peuvent s’empêcher de rire de bon cœur.

« Maintenant », dit le professeur une fois le calme revenu, « je veux que vous imaginiez que ce pot représente votre vie.

Les balles de golf représentent les choses importantes: votre famille, vos enfants, votre santé, vos amis, vos passions favorites – les choses qui combleraient toujours votre vie même si tout le reste était perdu.

Les cailloux représentent les autres choses qui comptent comme votre travail, votre maison, votre voiture

Le sable, c’est tout le reste – les petites choses. Si vous mettez le sable dans le pot en premier », poursuit-il, « il n’y a plus de place pour les cailloux ou les balles de golf. Il en va de même pour la vie. Si vous passez tout votre temps et dépensez votre énergie sur les petites choses, vous n’aurez jamais de place pour les choses qui sont importantes pour vous.

Faites particulièrement attention aux choses qui sont essentielles à votre bonheur. Jouez avec vos enfants. Prenez le temps de veiller à votre santé. Emmenez votre partenaire dîner quelque part. Il y aura toujours du temps pour nettoyer la maison ou changer la poubelle. Prenez soin des balles de golf en premier, ce sont les choses qui comptent vraiment. Définissez vos priorités. Le reste n’est que du sable ».

Un bref silence suit cette leçon de sagesse, puis un étudiant lève la main et demande ce que la bière représente. Le professeur sourit: « je suis content que vous posiez la question. Elle est simplement là pour vous montrer que, peu importe à quel point votre vie puisse paraître remplie, il y a toujours de la place pour boire une ou deux bières avec vos amis » !

Quand on y pense, on passe beaucoup de temps à se plaindre ou se faire du souci concernant les « petites choses » qui constituent notre quotidien. L’histoire de ce professeur et de son bocal nous rappelle qu’il est bon de savoir prendre du recul et de relativiser.

Gardons à l’esprit ce qui est vraiment important de ce qui est secondaire à l’échelle de notre vie. Réfléchissons à toutes ces choses qu’on perd de vue à force de les retarder. Et commençons à vivre pour le meilleur !

Et vous, quelles sont vos balles de golf ? Et pensez-vous y accorder suffisamment d’importance ?

A travers ces 2 passages qui nous sont donnés pour ce matin, Es.58 et le Ps.15. Je baserai sur le Ps.15, dans lequel j’ai trouvé 5 clés pour entrer dans la paix de Dieu et plaire Lui plaire, les voici.

  1. L’intégrité, et la vérité qui sort de son cœur (v.2, lire)
  • La relation à son prochain (v.3, lire)
  • Le respect à ceux qui craignent Dieu (v.4a, lire)
  • Tenir ses promesses (même si je dois en pâtir) (4b, lire)
  • Donne de son bien (argent) sans intérêt (v.5a, lire)

N’accepte pas de don (argent) pour condamner l’innocent (v.5b, lire)

Je vais développer par la suite, clé après clé à m’appuyant sur ces 2 textes :

#Clé 1 : L’intégrité

Au verset du passage d’Es. L’Eternel dit à son prophète : crie à pleine voix, comme le son d’une trompette, ne te retiens pas. Déclare à mon peuple leur transgression et leurs péchés à la famille de Jacob.

Le Seigneur lui demande d’être intègre de dire la vérité qui sort de son cœur.

Référence aux v.5, 8 et 9 du passage d’Es.

Le support d’intégrité que le peuple emploie est le jeûne, mais l’exerce-t-il bien ?

Sur le serment sur la montagne, Jésus disait que quand vous jeûner ne le montrer pas aux autres par votre apparence : « 16« Quand vous jeûnez, ne prenez pas un air triste comme les gens faux. Ils changent de visage, pour que tout le monde voie qu’ils jeûnent. Je vous le dis, c’est la vérité : ils ont déjà leur récompense.

17Mais toi, quand tu jeûnes, lave-toi le visage et parfume-toi la tête. »Mt.6.16-18.

Aux versets 8 et 9, c’est ce que Dieu nous procure si on est intègre :

Ta lumière jaillira comme l’aurore et ta plaie se fermera vite. Dans la version Darby, ta santé germera promptement. Quand tu appelleras, le Seigneur te répondras, quand tu crieras (aide), il dira : « je suis là, me voici ! ».

#clé 2 : Relation

Es.58.3b : Le jour du jeûne, vous vous occupez dz vos affaires, vous agissez durement avec vos ouvriers.

4a : vous vous querellez, vous vous disputez et vous donnez des coups de poing !

Ps.15.3 : Il ne raconte pas du mal des autres, il ne fait pas de tort à son prochain et n’insulte pas son voisin.

Ce n’est pas en jeûnant de cette manière que vous ferez entendre votre voix là-haut.

Es.58.6 : voici le jeûne qui plait au Seigneur : libérer les gens enchaînés injustement, enlever le joug qui pèse sur eux, rendre la liberté à ceux qu’on écrase, bref, supprimer tout ce qui les rend esclaves.

 28Venez à moi, vous tous qui vous fatiguez et qui êtes chargés, et moi, je vous donnerai du repos.   

29Prenez mon joug sur vous, et apprenez de moi, car je suis débonnaire et humble de coeur ; et vous trouverez le repos de vos âmes.

30Car mon joug est aisé et mon fardeau est léger. Mt.11.

v.7. partager ton pain avec ceux qui ont faim, et offrir l’hospitalité aux pauvres sans abri.

C’est donner des habits à celui qu’on voit nu,

Ne pas éviter celui qui est fait de la même chair que toi !

#clé 3 : Le respect de ceux qui craignent Dieu

Ils ont du respect pour ceux qui craignent l’Eternel, mais ils méprisentce que Dieu désapprouve.

Le mépris de Dieu envers son peuple :

Le prophète de sa voix retentissante comme le son d’une trompette, dénonce leur transgression de son peuple, leurs péchés aux enfants de Jacob.  Tous les jours, ils me consultent, veulent savoir ce que Dieu attend d’eux. Comme un peuple qui respecte la justice et qui n’abandonne pas la loi de son Dieu. Ils demandent à Dieu des jugements justes, ils veulent que Dieu sois proche d’eux.

Pourtant, ils disent à Dieu : « Pourquoi jeuner si tu ne le vois pas ? Pourquoi nous faire petits si tu ne le remarques pas ?

Est-ce cela que consiste un jeûne

21» Ceux qui me disent : ‘Seigneur, Seigneur !’N’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais seulement celui qui fait la volonté de mon Père céleste.  

22Beaucoup me diront ce jour-là : ‘Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé en ton nom ? N’avons-nous pas chassé des démons en ton nom ? N’avons-nous pas fait beaucoup de miracles en ton nom ?’

23Alors je leur dirai ouvertement : ‘Je ne vous ai jamais connus. Eloignez-vous de moi, vous qui commettez le mal !’ Mt.7

#Clé 4 : Tenir ses promesses

Ps.15. 4a : même s’il fait une promesse difficile à tenir, il la tient.

Le roi David comme le prophète Esaïe, sont des hommes de Dieu qui ont tenu leur promesse. David qui disait à Jonathan, le fils de Saül, qu’il tenant la promesse de s’occuper de sa descendance et il a fait.

« David demanda: «Reste-t-il encore quelqu’un de la famille de Saül, pour que je lui fasse du bien à cause de Jonathan[a]?» 2 Sm.9

Il a fini par trouver le fils de Jonathan, une personne estropiée, qu’il a invité à sa table d’honneur et s’est tenu la promesse de s’occuper d’elle, comme parole promise à la famille de Saül.

#Clé 5 : Donner son argent sans intérêt, et n’accepter aucun don pour condamner un innocent

1« Attention ! Quand vous faites ce que la loi de Dieu demande, ne le faites pas devant tout le monde pour que les gens vous regardent. Sinon, votre Père qui est dans les cieux ne vous donnera pas de récompense.

2« Donc, quand tu donnes de l’argent aux pauvres, ne cherche pas à te faire remarquer. Les gens faux agissent ainsi, dans les maisons de prière et dans les rues. Ils cherchent les compliments des autres. Je vous le dis, c’est la vérité : ils ont déjà leur récompense.

3Mais toi, quand tu donnes de l’argent aux pauvres avec ta main droite, ta main gauche ne doit pas le savoir.» Mt.6.

 Ou encore, l’histoire de cette veuve qui est allé au tronc a tout donné jusqu’à sa dernière pièce. Tandis qu’il y avait des personnes qui donnaient plus qu’elle et qui se vantaient alors qu’ils avaient toujours beaucoup plus d’argent. Elle avait recherché dans tous les recoins de sa maison pour trouver cette dernière pièce et la remettre à Dieu. Combien sa foi fut grande, avec une entière confiance à Dieu, de remettre totalement sa vie entre les mains de Dieu. Et se dire que l’or et l’argent appartiennent qu’à Dieu.

Pour ce qui est d’accepter un don pour condamner l’innocent.  Le bel exemple serait Judas l’Iscariote, pour trente pièces d’argent, il a décidé de livre son maître avec qui il a vécu pendant 3 années.

J’en conclu qu’à travers ces 5 clés, je retiendrai la  principal valeur ici est celui de l’intégrité et de ressortir la vérité de son cœur. Notre monde est actuellement bien troublé qui se répercute sur nos différents compartiments de nos vies : santé (spirituel, physique et psychologique), famille (couple et enfants), travail, relation et finance. Le cœur de l’homme, depuis la chute au jardin d’Eden, le péché est entré, et le cœur de l’homme est tortueux par-dessus tout. Mais le nouvel Adam, Christ, a tout accompli à la croix, pour faire de nous de nouvelles personnes, et intègres selon sa volonté. Et être intègre en Christ, c’est être en paix, avec la paix que Dieu nous donne, non celle du monde, pour que nos cœurs ne soient point troublés. Et de rechercher d’abord le Royaume de Dieu, c’est retrouver tout l’équilibre dans tous les domaines de sa vie, et savoir prioriser ses préoccupations dans sa vie.

4 clés pour que les enfants soient attentifs à la Parole de Dieu

Cet article fait partie d’une série sur l’enseignement biblique des enfants dont vous pouvez trouver le sommaire ici. « Le peuple tout entier s’est montré attentif à la lecture du livre de la loi. » Néhémie 8.3 Tout moniteur d’école du dimanche a sûrement rêvé d’enseigner un groupe d’enfants parfaitement attentifs! Mais la réalité nous a tous montré…

4 clés pour que les enfants soient attentifs à la Parole de Dieu

Le paradis n’est pas loin, ne passez pas à côté !

Parmi les passages qui nous sont donnés ce matin. Le passage du Deut.30.11-14 m’a de suite fait allusion à une légende hindoue qu’est la suivante :

La légende de Brhama :

Une vieille légende hindoue raconte qu’il y eut un temps où tous les hommes étaient des dieux. Mais ils abusèrent tellement de leur divinité que Brahma, le maître des dieux, décida de leur ôter le pouvoir divin et de le cacher à un endroit où il leur serait impossible de le retrouver. Le grand problème fut donc de lui trouver une cachette. Lorsque les dieux mineurs furent convoqués à un conseil pour résoudre ce problème, ils proposèrent ceci : « Enterrons la divinité de l’homme dans la terre. » Mais Brahma répondit : « Non, cela ne suffit pas, car l’homme creusera et la trouvera. » Alors les dieux répliquèrent : « Dans ce cas, jetons la divinité dans le plus profond des océans. » Mais Brahma répondit à nouveau : « Non, car tôt ou tard, l’homme explorera les profondeurs de tous les océans, et il est certain qu’un jour, il la trouvera et la remontera à la surface. » Alors les dieux mineurs conclurent : « Nous ne savons pas où la cacher car il ne semble pas exister sur terre ou dans la mer d’endroit que l’homme ne puisse atteindre un jour. » Alors Brahma dit : « Voici ce que nous ferons de la divinité de l’homme : nous la cacherons au plus profond de lui-même, car c’est le seul endroit où il ne pensera jamais à chercher. » Depuis ce temps-là, conclut la légende, l’homme a fait le tour de la terre, il a exploré, escaladé, plongé et creusé, à la recherche de quelque chose qui se trouve en lui.

En fait, l’homme recherche le bonheur ? Mais quel est pour vous la définition du bonheur ?

Être bien spirituellement ? Être bien en santé ? Être bien en couple ? Être bien dans son travail ou à l’école ? Être bien dans ses relations ? Être bien en famille ? Être bien financièrement ? Être bien en contribution ?…

 Où parmi ses différents départements de ma vie suis-je le plus à l’aise ? Et où devrais-je  m’y améliorer ? Comment m’équilibrer dans tous cela ? Est-ce que je préfère prioriser qu’un seul ou quelques départements en dépit des autres ?

Après selon ma perception des choses,  qu’il est bien qu’on soit équilibré dans ces différents départements, quit à les classer par ordre de priorité.

 Le Paradis n’est pas loin, ne passez pas à côté ! Le Paradis n’est pas loin, ne passez pas à côté !

La pub, avec l’îlot dans le lagon bleu, on l’a bien vécu étant enfant. En tout cas pour ceux de ma génération.

A la genèse de l’humanité, Dieu avait établi l’Homme dans un paradis. Qu’est-il arrivé à celui qui a été créé à l’image de Dieu ? Ne voulait-il pas devenir un dieu et même passer au-dessus de son Créateur avec l’aide du Tentateur ? Un paradis qui lui a été ôté après avoir mangé le fruit défendu. Depuis ce jour, le péché est entré dans le monde, l’homme a dû souffrir par la sueur de son front pour gagner son pain. Et sa femme vivre les douleurs au jour  de son accouchement.

Dans mon message, étant donné que je prends le bonheur comme synonyme de paradis. Ce qui veut dire que dès le commencement Dieu a donné le bonheur à  l’Homme, il l’a déposé en plein dedans et tout compte fait, lui a toujours voulu son bonheur.

Dans un premier temps, de part nos textes d’aujourd’hui, je voudrais exposer avec vous l’Homme livré à lui-même, pourtant accompagné de grands hommes qui lui ont fait  montrer la voie à suivre, tels que Moïse et David.

Dans un deuxième temps, des personnes qui ont été choisi par Dieu, et qui ont préféré marcher selon Son cœur, tels que Moïse et David. Ils ont œuvré pour Dieu à leur époque, à travers leurs écrits inspirés par l’Esprit de Dieu, leurs actes leur foi et pouvoir amener leurs contemporains à Dieu, et que le salut pour tout homme arrivera de par leur peuple.

Et dans un dernier temps, qu’adviendra-t-il de nous chrétiens d’aujourd’hui ? Il est où le bonheur ? Quelle voie à prendre pour devenir une personne marchant selon le cœur de Dieu ?

  1.  L’Homme livré à lui-même :

Au passage du livre de Deutéronome. Moïse  est en face d’un peuple plaintif. Un peuple qui ne cesse de trouver des prétextes et qui ne soucie pas des commandements de l’Éternel. Il trouve la tâche difficile et soit disant  qu’il n’a pas la capacité requise pour suivre et appliquer les lois de Dieu. Pourquoi donne-t-il le prétexte  que les commandements sont beaucoup trop précieux pour qu’il  s’en approche ? A se demander, que priorise-t-il dans sa vie ? Sachant qu’il avait  voué un culte au veau d’or, sachant qu’il se plaint de sa vie dans le désert, désirant retourner en Egypte…Un peuple qui trouve toujours un moyen de se plaindre, malgré ce que Moïse, assisté  de l’Éternel, faisait pour lui  avec  la manne et la caille dans le désert. Moïse leur rappelle que les commandements de l’Éternel sont près de lui, même dans sa bouche et dans son cœur. Qui ira au ciel, chercher la Parole de Dieu, pour venir la  faire entendre pour la  pratiquer ? Qui traversera l’océan pour chercher, prendre la Parole pour le faire entendre pour la pratiquer ? Saisi-t-il cette grâce de pouvoir avoir facilement avoir accès aux richesses des commandements divins, et toutes les conséquences qui peuvent en découler en sa faveur ?

Au passage du Psaume 119, le plus grand « chapitre » Biblique à l’hymne de la Parole de Dieu. Les contemporains du roi David qui s’en moquent complètement de la parole de Dieu. Il est dit dans ce passage, ils sont indécis (duplicité) ou jouent à double cœur. Ils ne s’abandonnent pas entièrement à Dieu. Ils sont imprégnés de méchanceté, commettent le mal. Ils n’obéissent pas. Encore, ils s’écartent des prescriptions divines, et sont jetés comme de la scorie. Tout ce qu’ils trouvent à faire ne sert à tromper les gens.

  • L’Homme marchant selon le cœur de Dieu :

Il va y être question de personnes marchant selon  le cœur de Dieu.

Au passage du Deut.  30. Moïse vit les préceptes de Dieu, contrairement à ses interlocuteurs, ils lui sont à sa portée. Ils ne sont pas difficiles à atteindre et non au-dessus de ses forces.

Ce n’est certainement pas lui qui ira ni au ciel, comme ni de l’autre côté de l’océan pour aller chercher les commandements de Dieu et les faire connaître.

Il les met déjà en pratique. Ils sont près de lui, dans sa bouche et dans son cœur.

Le Psalmiste aime l’enseignement de Son Dieu. Il Le considère comme son abri et son bouclier. Il espère en Sa Parole (Promesse). Il observe attentivement ce que Dieu a commandé. En fait, il est aguet de la voix de Dieu, prêt à lui obéir.  Il prie faisant rappeler Ses promesses qu’Il va le soutenir pour qu’il vive. Et qu’Il soit son appui pour être sauvé et ne va pas perde Sa volonté. Finalement, il fait preuve d’un homme qui craint tellement son Dieu au point qu’il en tremble et Ses décisions lui font peur.

Ce sont là, des personnes qui ont saisi que s’ils ont des oreilles, qu’elles sont faites pour entendre la voix de l’Eternel. Et qu’ils ont aussi des yeux, qu’ils sont faits  pour contempler les merveilles de Dieu. Ils ont vécu l’expérience de Job pouvant s’exalter «  car maintenant mon œil te voit ». Ils ont acceptés cette démarche avec leur Dieu pour qu’il leur ouvre les yeux et oreilles de leur cœur.

  • Quelle voie prendre pour trouver le bonheur ?

Dans les 2 premiers points j’ai brossé le portrait, à travers les passages  du livre du Deutéronome et du livre du Psaume 119, de 2 différentes personnes. L’une livré à elle-même et l’autre dépendant de la volonté de Dieu. 

Après, il y a bien des personnes n’ayant aucunement engagé une marche aux côtés Dieu qui peuvent vivre parfaitement dans le bonheur. Notamment, des personnes prenant position de croire qu’en l’humain. Dieu donne le soleil comme il fait pleuvoir aussi bien  pour les gentils comme pour les méchants. Et il peut y avoir des personnes ayant pris l’engagement de marcher aux côté de Dieu et qui vivent de mauvaises situations, et qu’ils persévèrent en gardons leur foi inébranlable  (comme l’exemple de Job).

Mais en revenant à ces 2 personnes. La volonté de Dieu est que nous puissions prendre  position de s’engager à ses côtés. Et pour cela, comment avons-nous fait, en tant que chrétiens ? Comment devons-nous faire, si nous n’avons pas fait encore fais le pas de nous engager auprès de Dieu ?

Personnellement, j’ai décidé de passer de l’Homme livré à lui-même à l’Homme marchant selon le cœur de Dieu en 2001. C’est-à-dire, que j’avais accepté Christ-Jésus dans vie, le reconnaissant sauveur et Seigneur dans ma vie. Même avoir passé par cette étape, j’avais encore connu des situations difficiles. Je n’étais pas devenu un chrétien engagé  du jour au lendemain. Avec Dieu, il faudrait  porter soi-même sa croix. si on veut le suivre. A l’heure qu’il est je ne peux dire que ma relation avec Dieu est à 100% parfaite, il pourrait m’arriver de ne pas complètement abandonner les différents départements de ma vie au Seigneur. Mais Dieu par sa souveraineté créé des circonstances pour que je puisse jour après jour dépendre totalement de Lui.

Avant de conclure, j’aimerai faire un focus sur la personne livré à elle-même, comme le peuple d’Israël, disant que le commandement est beaucoup précieux  pour qu’il y s’en charger. Aujourd’hui, il nous arrive de réagir comme son peuple, la prière c’est beaucoup trop sacrée pour moi, ainsi que la Bible également. Il vaudrait mieux laisser aux pasteurs, laisser aux évangélistes et aux ékalesia. Je ne vais pas me lancer maintenant pour suivre Jésus, je suis encore jeune. J’ai beaucoup travaillé sur ma personne, pour être parfait avant de suivre le Seigneur. En fait, on repousse à chaque fois l’échéance, pourtant Dieu nous appelle constamment. Il nous demande seulement de lui remettre sa pleine confiance, sa foi en Lui.

Conclusion

Mon message se résume dans la question suivante : ai-je trouvé le bonheur ?

 Le Paradis n’est pas loin, est-ce que nous l’avons à notre portée ? N’est-il pas si difficile de s’en accaparé ? Est-il au-delà de nos forces ? Avons-nous le prétexte de dire, qu’il est tellement précieux qu’on ne peut l’obtenir ? Ou c’est seulement réservé à une élite ?

Une bonne nouvelle pour nous ce matin c’est que la clé du bonheur est dans la Parole même de Dieu, la clé est la Parole, Jésus-Christ Lui-même, la Parole faite chaire (Jean 1). A travers nos différents textes d’aujourd’hui,  ils sont basés sur l’écoute, la vue et la connaissance de la divine Parole de Dieu. Pour qu’ainsi elle puisse littéralement nous transformer, nous faire basculer de l’état de l’Homme livré à soi-même à l’état de l’homme marchant selon le cœur de compassion de Dieu.

En effet, physiquement, Dieu nous a donné des oreilles et des yeux pour pouvoir entendre et voir cette bonne nouvelle de l’Evangile. Que celui qui a des oreilles entende, que celui qui a des yeux voit.  Mais bien plus, Dieu, veut de notre part, une écoute et une vue spirituelle. Et c’est surtout par cette voie qu’il nous convaincra de péché de justice et jugement, et qu’à ce moment on marchera non par la vue mais par la foi.

Mes bien-aimés, chaque jour, et depuis la chute à Eden, l’Homme n’a cessé de rechercher le vrai bonheur. Il fait tout pour que ses différents domaines de sa vie puissent se développer : dans sa spiritualité, dans sa santé, dans sa famille…avec son argent…La clé Dieu nous l’offre pour l’accès au bonheur, c’est sa Parole, son Fils. Jésus-Christ  disait que ceux qui entendent et voient physiquement n’entendent pas et ne voient pas spirituellement. Tandis que les sourds et aveugles ont  entendu et vu, ont pris part du Royaume de Dieu.

Bien-aimés, Christ se tient au seuil de la porte de ton cœur, il frappe. Il n’y a que toi qui à la poignée de ton côté pour Lui inviter dans ta vie. Il dit aussi : Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez luije souperai avec lui, et lui avec moi. Apocalypse: 3.20. N’est pas là le vrai bonheur ?

Bon dimanche à tous.

Photo de Asad Photo Maldives sur Pexels.com

L’aumône selon Jésus-Christ

Ce matin, j’aimerai passer ce moment de partage de la Parole de Dieu, sur le passage de l’Evangile selon Mathieu au ch.6.des 1 à 4.

  • Lecture 

Ce passage se situe au moment où Jésus fait son « (le)sermon sur la montagne » (ch. 5), où il commence par les béatitudes (5. 3-12) : « Heureux ceux qui sont pauvres en esprit…… heureux ceux… ». Il va terminer par l’histoire du fou et le sage qui bâtissent leur maison (chp.7). Jésus pose son enseignement (dans une version, sa doctrine), écrit au ch.7. v.28-29 : 28. Quand Jésus eut fini de parler, les foules étaient impressionnées par son enseignement.29 Car il parlait avec une autorité que n’avaient pas leurs *spécialistes de la Loi.

D’ailleurs, c’est ce que je vous recommande, à tête reposée, surtout dans cette situation de crise que nous traversons de lire ces chapitre biblique de Mathieu de 5 à 7.

Jésus se présente ainsi comme celui qui va remettre de l’ordre. Avec l’enseignement théologique donné par les autorités religieuses de l’époque, autant par leurs paroles que par leurs actes, ils ont mis de la confusion dans l’esprit du peuple, jusqu’à s’en vanter que ce sont eux qui sont les plus justes devant Dieu, et que même qu’il faudrait marcher sur leur pas, et pour pouvoir recevoir la récompense. Et bien pire, ce fut du « tant pis pour eux », cela ne va rester que dans notre cercle, à nous seulement le royaume de Dieu.

Et Jésus en prenant la parole sur cette montagne, s’attaque à cette fausse piété religieuse et, en tous les domaines : sel et lumière du monde, de la loi de Moïse, de l’adultère, de la réconciliation…juger quelqu’un, la porte étroite…

Le texte dont je partage avec vous ce matin se porte sur le don ou encore l’aumône.

Aujourd’hui, en ce temps de crise sanitaire et temps de catastrophe naturel qu’a subi l’archipel voisin du Vanuatu. Nous sommes à l’heure de l’appel aux dons, les œuvres humanitaires sont mobilisées, les institutions, les associations et les églises. Si on pourrait aussi soulever les aides financières, comme celles de l’Etat français faites à la Nouvelle-Calédonie pour relever son économie. En tout cas ce message s’adresse à une personne lambda, surtout aux croyants.

Au verset 1 : Il nous met en garde dans notre façon d’appliquer nos devoirs religieux.

STOP, le mot RELIGION : Le mot vient étymologiquement du mot latin, Religere. Il veut dire scrupule (grande exactitude à observer la règle, et à remplir ses devoirs). Et non, comme je l’ai souvent pensé au verbe « relier » ou ce qui nous relie à… celui-ci vient du mot Religare. Le latin étant parlé par les Romains, c’est qu’ils suivaient scrupuleusement ou minutieusement leurs rites. L’opposition du mot Religere étant Negligere (Négliger).

Jacques: 1.27 La religion pure et sans tache, devant Dieu notre Père, consiste à visiter les orphelins et les veuves dans leurs afflictions, et à se préserver des souillures du monde.

         Donc, si ces gens qui écoutaient Jésus, étaient des personnes qui recherchaient à suivre scrupuleusement les lois et commandements, il fallait tout de même qu’ils adoptent une sage et humble attitude devant Dieu. C’est-à-dire là de ne pas attirer les regards des gens, pour leur montrer ce que vous donnez, que vous êtes un bon religieux. Non, on ne sera pas récompensé en se conduisant ainsi.

Au verset 2 : Jésus décrit d’avantage comment ces gens qui se croient les plus religieux au monde exagèrent. Ils le font jusqu’à faire sonner la trompette, pour attirer les « projecteurs » et qu’en plus pour qu’on les glorifie. Et là le Seigneur dit qu’ils ont déjà la récompense, la colère de Dieu sur eux.

La récompense qui peut être interprétée par sanction. Dans l’animation socio-éducatif, il est recommandé aux animateurs d’utiliser le mot sanction au mot punition. On sanctionne en récompensant positivement l’enfant s’il a fait une bonne action, et on le sanctionne aussi s’il a fait une mauvaise action.

Ce verset m’a toute de suite fait penser à l’histoire du pharisien et du publicain en prière dans la synagogue. Car Jésus leur dit de ne pas être comme ces hypocrites, copier leur attitude dans les synagogues et dans les rues (d’ailleurs on pourrait penser aussi à l’histoire du bon samaritain). Ce passage se trouve dans l’Evangile selon Luc au chap.18.9-14.

STOP : Le mot HYPOCRITE : Ma définition, était celui qui se cache derrière un masque. Sinon un mot d’origine grecque dont on le traduit par : l’acteur, celui qui répond (à la réplique), qui interprète, qui joue, qui feint. Synonyme de : fourbe, faux-cul, imposteur, tartuffe. Après, HYPO veut dire SOUS, et HYPER, son contraire veut dire SUR, AUDESSUS (en latin SUPER).

En revenant à cette p’tite histoire de Jésus : au sujet du don, le pharisien dit qu’il donne le 10ème de tous ses revenus, et pas comme ce publicain. Le publicain, collecteur d’impôt,  était mal vu à l’époque, pourtant il était juif, mais il était considéré comme un « collabo », collecte les impôts et se met dans les poches le reste d’une plus-value. Ils vont le considérer comme un porc, un animal souillé, il est interdit de consommer du porc chez les juifs.

L’apparence est trompeuse, 1 Samuel: 16.7 Et l’Éternel dit à Samuel : Ne prends point garde à son apparence et à la hauteur de sa taille, car je l’ai rejeté. L’Éternel ne considère pas ce que l’homme considère ; l’homme regarde à ce qui frappe les yeux, mais l’Éternel regarde au cœur.

Le publicain, seul au fond de la synagogue la tête baissé, lui qui n’avait jamais suivi aussi scrupuleusement les Ecritures comme l’ont tous fait les pharisiens, se reconnait pécheur devant Dieu et certes devant tous ceux qu’il a offensé. Et Jésus y met le doigt dessus montrant ce qu’est la véritable religion, la bonne attitude à donner et qu’il fait grâce aux humbles.

Au verset 3 : Jésus utilise une hyperbole.

STOP : Hyperbole, une figure de style qui consiste à augmenter ou à diminuer excessivement la vérité des choses, exagération volontaire dans le but de produire un effet.

Jésus peut dire : « s’il est possible que tu ne sois pas conscient toi-même que tu fais l’aumône » ou bien encore « que ta vaine gloire n’ait pas conscience de ton aumône ».

Au verset 4 : Que ce que tu donnes reste dans le secret, car Dieu le Père qui voit tout dans le secret, va te récompenser.

Quand te récompensera-t-Il ? Quand toutes choses seront révélées clairement et publiquement ; et alors tu ne seras pas seulement récompensé, mais glorifié.

Conclusion :

J’aimerai y finir mon message avec ce qu’écrivait l’apôtre Paul au sujet de son témoignage, en tant qu’ancien pharisien. Lui qui pensait être le véritable religieux, un RELIGERE, mais a reconnu devant Dieu, être faux-religieux, un NEGLIGERE (qui négligeait en fait complètement le véritable Royaume de Dieu, Jésus-Christ).

5.J’ai été circoncis huit jours après ma naissance, je suis né Israélite, de la tribu de Benjamin. Tous mes ancêtres sont juifs, et j’obéissais à la loi de Moïse, comme un Pharisien fidèle.

6J’y tenais tellement que j’ai fait souffrir l’Église. Au sujet de la justice qui vient de la loi, on ne pouvait rien me reprocher.

7J’ai cru gagner beaucoup avec ces choses-là, mais maintenant, à cause du Christ, je trouve que c’est une perte.

8Connaître le Christ Jésus mon Seigneur, voilà le plus important. À mon avis, tout ce qu’on gagne, ce n’est rien à côté de cette connaissance. Pour lui, j’ai tout abandonné. Pour gagner le Christ et pour être uni à lui, je considère toutes ces choses-là comme des ordures. Je ne suis pas juste parce que j’obéis à la loi, mais parce que je crois au Christ. C’est Dieu qui rend juste, et il rend juste celui qui croit.

Nicodemus.